in ,

Nos tomates industrielles ne seraient-elles que de la “flotte et des graines” ?

Crédits : PxHere

Un documentaire datant de 2013 s’était intéressé à la tomate industrielle qui est devenue, disons-le, la principale que l’on trouve dans nos supermarchés. Si en apparence toutes les tomates se valent, un détail ne trompe pas, mais il faut regarder à l’intérieur !

“De la flotte avec des pépins” !

Fausse ou vraie tomate, le consommateur lambda n’a peut-être pas été sensibilisé au sujet. Et pourtant, nous sommes sûrement beaucoup a avoir noté qu’au fil des années, les tomates ont perdu leur goût ! Or, une courte vidéo (visible en fin d’article) tirée d’un reportage de France 5 intitulé Tomate, à la recherche du goût perdu tombe à pic !

“Ça a la couleur de la tomate, ça a le nom de la tomate, mais ce n’est pas de la tomate”, a déclaré Alain Cohen, acheteur pour le compte de grands restaurateurs.

Cet expert en fruit et légumes fait une démonstration en ouvrant au couteau ce qu’il qualifie être de vraies et fausses tomates. Concernant la fausse tomate, l’intéressé évoquera “de la flotte et des graines”, un produit “tout creux, dur comme du béton”. Pour la vraie, il est question de chair et de peau millimétrique que l’on distingue à peine.

Pourquoi y a-t-il de fausses tomates ?

“Les gens laissent leurs tomates au frigo pendant une semaine, deux semaines, trois semaines, ça bouge pas et ça les impressionne pas, ça les étonne pas, ça les affole pas”, poursuit Alain Cohen.

Cela est pourtant d’une logique implacable : la tomate est un fruit comme un autre qui se ramollit, s’abîme et finit par pourrir. Selon l’expert, il est ici question de tomates “bourrées de chimie”. La raison de l’existence de tels produits – qui ne se limitent pas à la tomate ! – se trouve dans le changement de nos modes de consommation.

Crédits : Wikipédia

En effet, alors qu’auparavant les consommateurs se fournissaient en nourriture quotidiennement, la tendance est désormais à l’achat de longue durée, à peu près une fois par semaine. Le fait est que le consommateur “veut des produits qui ne s’abîment pas” comme le rappelle le reportage. Or, le circuit de la grande distribution est donc là pour satisfaire la demande.

Voici le court extrait du documentaire Tomate, à la recherche du goût perdu :

Sources : Sciences et AvenirPositivR

Articles liés :

Un carton de tomates à base de restes de plants de tomates ?

Des scientifiques travaillent sur une variété de tomate qui consomme 90% d’eau en moins !

Cette machine trie les tomates à une cadence extrême !

Nos tomates industrielles ne seraient-elles que de la “flotte et des graines” ?
noté 5 - 1 vote