in

Comment se repérer pour acheter des appareils moins gourmands en énergie ?

Crédits : Pexels / PhotoMIX Ltd.

Le choix d’un appareil électroménager est souvent un casse-tête dont on se passerait bien, entre le choix des options et les restrictions du porte-monnaie. Ces dernières années, de nouveaux critères de sélection ont aussi fait leur apparition, relatifs à la protection de l’environnement. Quelles sont alors les questions à se poser pour bien choisir ?

Savoir ce dont on a besoin

De manière globale, savoir différencier ses besoins de ses envies est déjà une question cruciale. Pour le sujet qui nous intéresse, cela permet d’éviter les achats compulsifs d’appareils qui ne servent qu’occasionnellement, et dont nous sommes parfois amenés à nous lasser (appareil à gaufres, à pop-corn, robot pâtissier, etc.). Et pour ce qui est des appareils indispensables, ils changent bien sûr selon la situation de chacun·e.

Chez une personne vivant seule, un sèche-linge n’aura objectivement pas la même rentabilité que dans un foyer de 5 personnes. Dans le même esprit, attention aux appareils trop sophistiqués si vous ne comptez pas utiliser toutes les options proposées ! Par exemple il va sans dire qu’un ventilateur silencieux et économique vous sera plus utile qu’un modèle plus simple si vous comptez le faire fonctionner durant de longues périodes.

Les étiquettes énergétiques et labels

  • L’étiquette énergie

Actuellement, mieux vaut privilégier l’étiquette A+++, indice d’une consommation moitié moins importante que les produits notés d’un A+ ! En vue d’encourager les progrès en matière d’économies d’énergie, cette étiquette va être modifiée en mars 2021 : fini les +, les indications iront du A au G. Selon l’ADEME, les classes A et B auront des critères de sélection jamais égalés, et « un appareil actuellement classé en A+++ sera classé en C dès 2021 ».

  • L’impact environnemental

Plus récent que le précédent, il a été mis en place l’an dernier. Il fonctionne avec le même système de lettres que l’étiquette énergie. Trois critères sont recoupés et calculés durant tout le cycle de vie d’un appareil : la pollution (air et eau), l’impact sur les gaz à effet de serre et l’utilisation des ressources naturelles. Il est disponible notamment sur les appareils électroniques (ordinateurs, tablettes, etc.) chez certaines enseignes.

  • Écolabel européen et NF environnement

Concernant autant les biens que les services, l’écolabel européen a pour but d’en limiter l’impact sur la santé et l’environnement, là aussi sur tout le cycle de vie. De son côté, le NF environnement vise à mettre en évidence les marques qui s’engagent dans la réduction de leur impact environnemental.

Payer plus cher pour consommer moins ?

Beaucoup auront remarqué que les appareils qui regroupent les meilleurs scores dans les labels précédemment cités ne sont pas les moins chers. Il est vrai que la plupart du temps, ce ne sont pas les produits d’entrée de gamme qui remplissent la majorité des critères. Toutefois, il faut regarder à long terme. Les économies d’énergie qu’ils permettent de faire sont in fine plus intéressantes pour le porte-monnaie – et la planète bien sûr. À ce sujet, l’ADEME a réalisé une infographie très concrète qui vaut mieux que de longues explications.

Comparaison des factures sur 8 appareils électroménagers en fonction de leur classe énergétique

infographie ADEME electroménager
Crédits : ADEME

Articles liés : 

Quelles substances faut-il éviter dans la salle de bains ?

Trop de gaspillage alimentaire à cause des dates de péremption !

Comment voyager de manière plus responsable ?

Comment se repérer pour acheter des appareils moins gourmands en énergie ?
noté 5 - 2 votes