in

Le Sikkim, premier état au monde a avoir été certifié 100% biologique !

Crédits : iStock

L’état indien du Sikkim est le premier au monde à avoir été certifié entièrement biologique. Cet endroit où les pesticides et les engrais chimiques sont interdits est devenu un modèle prêt à s’exporter. Comment cela est-il devenu possible ?

De gros efforts et un gouvernement présent

Le Sikkim était un ancien royaume indépendant situé dans l’Himalaya, rattaché à l’Inde en 1975. Il s’agit aujourd’hui du deuxième plus petit état indien derrière Goa et le moins peuplé du pays avec ses 610.000 habitants (2011). En moins de deux décennies, le Sikkim est devenu le premier “état bio” au monde, bravant le rouleau compresseur incarné à l’échelle mondiale par l’industrie agroalimentaire.

Cette initiative est née en 2003 lorsque le gouvernement régional a décidé d’interdire complètement les produits chimiques dans l’agriculture. L’état qui compte environ 65.000 fermiers a connu des débuts difficiles après voir pris ce virage et qu’une partie des exploitants a connu des baisses de récoltes ainsi qu’une flambée des prix. Le gouvernement local n’a cependant pas abandonné ses fermiers et les a progressivement formés à l’utilisation du compost et de pesticides naturels.

Résultat, les 750 km² de terres cultivées situées au Sikkim sont certifiés biologiques. Cela a non seulement permis de sauvegarder la qualité de l’eau, de préserver et renforcer la biodiversité, mais également d’augmenter la fertilité des sols. Évidemment, la santé des habitants a été améliorée, tout en faisant en sorte que l’économie locale s’installe dans la pérennité.

Crédits : Sikkim Organic Mission

La lutte contre le plastique

Cet exemple de conversion générale à l’agriculture biologique montre que cela n’est pas impossible et qu’il s’agirait même d’un modèle à suivre. Préservation des sols, de l’eau de la biodiversité, de la santé et économie locale en plein essor, tels ont été les effets bénéfiques de cette conversion qui a été soutenue par les autorités du début à la fin !

Il faut également savoir que le Sikkim lutte depuis des années contre le plastique. En 1997, l’état a interdit les sacs plastiques et a incité à l’usage de sacs en papier (et papier journal) pour faciliter le traitement des déchets. Une mesure prise en 2016 a également interdit les plastiques à usage unique tels que les assiettes, gobelets, couverts jetables, etc.

Le Sikkim a donc réussi avec brio son pari concernant l’agriculture et la lutte contre le plastique. Cependant, nous ignorons s’il existe des mesures prises en termes de développement durable concernant l’énergie et les transports.

Sources : LifeGateDemotivateur

Articles liés :

Il existe une alternative biologique au glyphosate de Monsanto, mais celle-ci n’est pas homologuée !

Pourquoi le Japon est l’un des pays où le bio a le moins de succès au monde

Petit tour des boutiques en ligne zéro déchet et de leurs spécificités

Notez cet article