in

Désormais, la plupart des gens se sentent « citoyen du monde » plutôt que citoyen d’un pays

Selon un sondage réalisé dans une vingtaine de pays, le sentiment d’appartenance nationale est devenu une minorité dans le monde depuis une quinzaine d’années.

Le « citoyen du monde » peut s’apparenter, dans l’esprit du commun des mortels à un hippie des temps modernes haïssant par exemple le concept de frontière. Adepte de voyages et d’aventures, loin de lui l’idée de participer à l’élan consumériste incroyablement ancré dans nos sociétés.

En 2016, l’Europe est agitée par les déclarations des différents partis d’extrême droite, criant à l’invasion étrangère. Les nationalismes et leur nouveau succès mettent à mal les rêves d’une Europe unie et de la libre circulation des personnes actuellement en vigueur, l’espace Schengen. Il semble pourtant que dans le reste du monde, le sentiment d’appartenance nationale s’effrite face à une perception plus large de la citoyenneté. En effet, si l’on considère qu’un citoyen est le ressortissant d’un État en particulier, la Terre entière serait alors la patrie du « citoyen du monde ».

La chaine britannique BBC a mandaté le cabinet de recherches GlobeScan depuis 2001, dans le but de compiler des données dans un rapport (PDF en anglais, 13 pages) relatif à des questions de citoyenneté et d’identité nationale. Entre les mois de décembre 2015 et avril 2016, GlobeScan a interrogé 20.000 personnes dans 18 pays et pour la première fois en 15 ans, une majorité de sondés (51%) pensent être davantage des citoyens du monde que des citoyens de leur propre pays. 43% cependant mettent leur appartenance nationale en avant, alors que 6% ne se prononcent pas.

Les pays hors-OCDE développent le plus ce sentiment de citoyenneté mondiale. Ils représentent 73% des sondés au Nigeria, 70% en Chine ou encore 67% en Inde. La progression de ce sentiment dans ces pays est également la plus forte.

Les nationalismes gagnent du terrain dans les pays de l’OCDE

Concernant les pays de l’OCDE où des personnes ont été sondées, les nationalismes gagnent du terrain. Par exemple, seuls 30% des Allemands se disent citoyens du monde, le plus bas niveau depuis 2001. L’Allemagne accuse également une chute de 13 points du sentiment de citoyenneté mondiale depuis 2009.

En France, ce n’est guère mieux, car seulement 31% des sondés se pensent citoyens du monde alors que 54% privilégient clairement la citoyenneté française. Également, les Français sondés sont 18% à ne pas accepter les unions inter-ethnique, 42% à désapprouver l’immigration et 40% contre l’accueil des réfugiés syriens dans le pays.

Sources : QuartzKonbini