in

Coronavirus : Un bateau transformé en usine de création de solutions hydroalcooliques !

Crédits : iStock

Se laver les mains avec une solution hydroalcoolique est un des gestes barrières les plus importants, si ce n’est le plus important. En effet, il est nécessaire de se désinfecter les mains régulièrement, et ce, quel que soit sa profession ou son âge. Face à cette forte demande, les denrées se font rares et le produit devient introuvable. Des domaines d’activité variés ont donc décidé d’offrir leur aide et proposent des solutions inventives.

Un bateau-usine de production

Pour contrer la propagation du virus et se protéger soi-même, plusieurs gestes sont à adopter. L’OMS recommande notamment de “se laver fréquemment les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon“. En effet, toujours selon l’Organisation, cette désinfection permet de tuer “le virus s’il est présent sur vos mains“. Pour répondre à la demande grandissante en produit du personnel de santé et des citoyens, Régis Revilliod a pris une décision. Dans le port de Sète, un ancien navire soviétique s’est ainsi vu accueillir une production nouvelle, celle de la solution hydroalcoolique tant recherchée. Anciennement utilisé pour mettre de l’eau de mer désodée, le navire a été réaménagé. Il devrait produire des milliers de bouteilles de solution par semaine.

Le train-ferry soviétique a été réadapté et mis aux normes pour la création de ce type de produit. L’entreprise prévoit d’atteindre la production de 765 000 bouteilles. Cela permettrait d’alimenter en grande partie le pays qui en manque cruellement en ce moment, alors que ce liquide est essentiel pour combattre le coronavirus. Charles Denise, directeur technique, a déclaré avec enthousiasme : “La première journée, nous avons produit dix tonnes de bouteilles en une douzaine d’heures !“. C’est un début impressionnant et prometteur qui permettra de fournir une quantité importante dans les prochaines semaines.

hydroalcoolique
Crédits : Kreuz_und_Quer / Pixabay

Des entreprises soudées

Le bateau-usine n’est pas la seule initiative reconnue ces dernières semaines. Plusieurs entreprises, alimentaires ou cosmétiques, se lancent dans l’aventure de la création de solutions hydroalcooliques. C’est le cas notamment pour LVMH qui utilise quatre de ses usines pour produire du gel désinfectant. On retrouve également d’autres grands noms comme L’Oréal ou encore L’Occitane. Cette dernière reverse également 2€ par commande sur le site dédié au Fonds D’urgence pour Covid-19.

En alimentaire, c’est Ricard qui propose son aide en offrant 70 000 litres d’alcool permettant la réalisation du gel hydroalcoolique. Toutefois, d’autres marques s’engagent également. Les entreprises textiles se mobilisent notamment pour offrir des masques de protection, élément également important pour se protéger au mieux. De grands noms ressortent, tels que Petit Bateau, ou encore Lacoste, qui promettent de fournir environ 500 000 masques par semaine pour aider principalement le personnel médical qui est en manque absolu. Pour pouvoir créer ces protections, les entreprises doivent répondre à un cahier des charges bien précis. Il s’agit d’une solidarité importante dans ces moments difficiles.