in

Avant de partir, Obama inclut l’athéisme dans la loi de défense de la liberté religieuse internationale

À moins d’un mois de la fin de son mandat, le Président des États-Unis Barack Obama a signé une modification de loi sur la liberté de religion à l’international. Celle-ci inclut désormais les athées comme groupe à protéger au même titre que les groupes religieux.

Le 20 janvier prochain, Barack Obama quittera définitivement la présidence des États-Unis et passera le relais à Donald Trump. En attendant, il occupe toujours le poste et, dans le but de protéger les athées, vient de signer une modification de loi. Il s’agit d’une loi entrée en vigueur en 1998, qui avait été mise en place par la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale. Celle-ci enquête sur les persécutions subies par les minorités religieuses dans le monde.

Désormais, l’athéisme entre en compte dans cette loi de protection. “La liberté de croyance, de conscience et de religion protège les croyances aussi bien théistes que non théistes et le droit à ne pas professer et ne pas pratiquer de religion” écrit désormais cette loi modifiée, qui condamne ainsi le fait de “viser des non-théistes, humanistes et athées en raison de leurs (non) croyances“. Une décision qualifiée d’historique par l’American Humanist Association.

Cette association a en effet effectué quatre ans de travail auprès du Département d’État et du Congrès afin de reconnaître cette protection des libertés des personnes athées. Pour elle, il s’agit notamment d’attirer l’attention sur le sort des athées persécutés dans des pays comme l’Arabie saoudite et le Bangladesh. “Le fait que les non-théistes soient reconnus et protégés en tant que groupe est une avancée importante vers l’entière acceptation et inclusion des individus non religieux, qui sont encore trop souvent stigmatisés et persécutés à travers le monde” estime le directeur de l’association, cité par Slate.

Barack Obama avait été le premier Président à mentionner les athées dans son discours d’investiture en 2009. Il termine donc son mandat en leur accordant une protection juridique.