in

Pour égayer les rues, ils transforment les escaliers en oeuvres d’art

Dans la ville de Voiron en Isère, une MJC porte un projet visant à égayer les rues en y mettant un peu de couleur. Le mobilier urbain que représentent les escaliers est un terrain de jeu idéal, s’inspirant de diverses créations autour du globe.

La ville de Voiron est une commune de 20.000 habitants aux portes du massif de la Chartreuse. Son centre-ville est incarné par un quartier plein de charme mais finalement un peu terme. La Maison des jeunes et de la culture (MJC) locale porte actuellement un projet de Street Art soutenu par la municipalité, visant à donner un peu de couleur à ce centre-ville. Le comité de quartier et les riverains ont d’ailleurs déjà donné leur feu vert quant au lancement de l’action.

Un groupe de jeunes âgés de 12 à 17 ans participera à la mise en valeur de divers escaliers du centre-ville de Voiron, à la manière ce qui s’est déjà vu à Beyrouth (Liban), à Valparaiso (Chili) ou encore à Rio (Brésil). Cependant, ce genre d’œuvre d’art est encore rare en France, voir photos ci-dessous.

db2def1e868536d2b7474cb40f0155

« Sur des escaliers, la puissance symbolique du Street Art est particulièrement forte, puisqu’au travers de la marche sur un escalier décoré, l’individu réalise un véritable cheminement du corps et de la pensée » peut-on lire sur le site Ulule.

En effet, le projet fait l’objet d’une campagne de financement participatif, 1460 euros ont déjà été réunis au 9 mars pour un objectif de 4000 euros (36 jours restants). Par ailleurs, les colorations viseront seulement les contremarches afin de ne pas modifier la nature de l’escalier et gêner les usagers.

6887c0e3f957f8cada6ce3601e122c

L’initiative est portée par Ilhem Bourakba et Véronique Lombard, respectivement animatrice et bénévole de la MJC de Voiron, ainsi qu’un artiste de renommée mondiale : Mario Auburtin, un peintre muraliste autodidacte depuis 6 ans, qui a débuté sa passion sur l’île de Java en Indonésie.

Le Street Art, dont fait partie le graffiti, est une forme d’expression plébiscitée chez les jeunes, permettant de communiquer et laisser libre court à leur imagination. Ce style avait été popularisé dans les années 1970 par le peintre avant-gardiste d’origine haïtienne Jean-Michel Basquiat, pionnier de la mouvance « Underground ». Aujourd’hui, le plus fervent acteur du Street Art est sans conteste l’artiste britannique Bansky, dont le côté subversif n’a d’égal que son talent.

Voici la première vidéo tournée par les acteurs du projet :

Source et crédit photos : Ulule