in

Journée des droits de la femme : La véritable histoire du 8 mars

Ce mardi 8 mars 2016, nous célébrons la journée des droits de la femme, un événement qui repose en réalité sur un mythe, celui d’une manifestation des couturières à New York, en 1857, qui en réalité n’a jamais eu lieu.

C’est l’historienne Françoise Picq qui a découvert cela à la fin des années 70. « À l’époque, toute la presse militante, du PCF et de la CGT, comme celle des “groupes femmes”  du Mouvement de libération des femmes, relayée par les quotidiens nationaux, écrivait que la Journée des femmes commémorait le 8 mars 1857, jour de manifestation des couturières à New York. » Mais cette manifestation n’a en réalité jamais eu lieu, elle est en tout cas contestée par les historiens puisqu’on n’en trouve nulle part la trace.

Une initiative socialiste, pas féministe

Pour l’historienne Françoise Picq, « c’est en août 1910, à la IIe conférence internationale des femmes socialistes, à Copenhague, à l’initiative de Clara Zetkin, militante allemande, qu’a été prise la décision de la célébrer« . Si la date n’est alors pas encore arrêtée, le principe l’est bien : mobiliser les femmes « en accord avec les organisations politiques et syndicales du prolétariat dotées de la conscience de classe« . Le mouvement féministe d’époque, très actif, n’est donc pas à l’origine de cette journée de la femme, c’est le mouvement socialiste. « C’est justement pour contrecarrer l’influence des groupes féministes sur les femmes du peuple que Clara Zetkin propose cette journée. Elle rejetait en effet l’alliance avec les “féministes de la bourgeoisie”.« 

Clara Zetkin / AKG-Images
Clara Zetkin / AKG-Images

Après quelques années de difficultés, c’est finalement en Russie, en 1913 et 1914 que la journée de la femme se révèle avec la journée internationale des ouvrières. C’est ensuite le 8 mars 1917, à Petrograd, aujourd’hui St-Petersbourg, qu’ont eu lieu des manifestations ouvrières, une journée désignée comme la « première de la révolution russe » par les bolcheviques. Le 8 mars devient alors une nouvelle tradition, la mobilisation des femmes par les partis communistes. Il faut ensuite attendre l’après 1945 pour voir la journée de la femme célébrée dans tous les pays socialistes.

En 1975, l’Organisation des Nations Unies proclame enfin le 8 mars comme Journée internationale des Femmes dans le but de « célébrer la lutte historique concernant l’amélioration des conditions de vie des femmes ».

À noter qu’il existe également une journée de l’homme, et celle-ci est fêtée chaque année le 19 novembre.

Source : CNRS