in

L’amateurisme de Daesh, plus manifeste que jamais dans vidéo tournée par des djihadistes

« La politique de violence doit être poursuivie de sorte que les prisonniers soient tués de manière terrifiante, ce qui emplira de peur le cœur des ennemis et de leurs supporters », ses mots tirés du traité intitulé « Gestion de la Barbarie » rédigé par l’idéologue d’Al-Qaïda Abu Bakr Naji peuvent rappeler des images qu’on a tous vu dans la presse et surtout sur la toile et les réseaux sociaux sur laquelle les terroristes s’appuient pour la propagande, la planification des attaques et le recrutement. Ces vidéos qui ont pour but d’intimider sont symptomatiques d’une propagande bien orchestrée. Les combattants prennent le contrôle des villes comme si c’était un jeu d’enfant, tuent violemment sans sourciller et semblent préparés et bien équipés. Pourtant, une vidéo publiée jeudi par VICE News montre l’autre visage de Daesh.

C’est à 50 kilomètres au nord de Mossoul que la vidéo a été prise. C’est l’œuvre d’un combattant mort en mars dernier qui a capturé ces images avec sa caméra frontale pendant un combat contre les troupes peshmergas. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette vidéo change de celles parvenues jusqu’à maintenant aux médias occidentaux. Les terroristes y semblent paniqués, peu préparés et en pleine retraite tandis qu’ils subissent les tirs peshmerga. La vidéo commence avec les adieux des terroristes à un kamikaze qui s’écrie : « je vous avertis. Il vous faut craindre Allah ! Je vous le dis : les opérations martyres sont la voie la plus rapide pour aller au paradis. Dites au revoir à ma mère. Ne soyez pas triste pour moi ! » Puis les terroristes sous-qualifiés se retrouvent à bord d’un tank de fortune en direction du front avec des armes bricolées avec des boîtes de conserve qui ne semblent pas convenir aux charges qu’ils essayent d’allumer.

1

Si le sujet n’était pas aussi grave, les péripéties présentées dans la vidéo pourraient prêter à sourire. Une attaque de l’un d’eux avec la kalachnikov se solde par des cris catastrophés : « Non ! Abu Hajaar mais qu’est ce que tu fous !! On se prend toutes tes douilles sur la tronche ! ». Un tireur de lance-roquette qui tient mal son arme finit par brûler accidentellement la lentille de l’appareil et ses coéquipiers : « Joli tir, c’est pas mal, mais tu nous a complètement cramés là. » Peu de temps après, les Peshmergas kurdes touchent leur véhicule et tous roulent sur le sol en tentant de fuir, avant de succomber sous les balles des peshmerga.

Cette vidéo qui montre l’amateurisme des terroristes permet aussi de souligner les problèmes de recrutement de candidats prêts à devenir des martyrs. Pour les services de renseignement menés par la Coalition américaine, le chiffre de 2000 par mois auparavant est à présent descendu à 200 par mois et le Pentagone remarque le désarroi des leaders de l’organisation islamiste. Le vice-amiral Andrew Lewis, de la Direction des opérations de la Coalition est formel : « En réalité, nous pensons que les attaques de Paris et de Bruxelles ne sont pas un signe de la force de Daesh. Il s’agit seulement d’une tentative de faire croire qu’ils ont encore la capacité de recruter alors que sur le terrain, en zone de combat, ils enchaînent les défaites ». Se basant sur son expertise des combats sur le terrain qui attaquent sans discontinuer les zones contrôlées par Daesh en Irak et en Syrie, il est convaincu que la solution est de « d’abord détruire Daesh en Syrie et en Irak parce que c’est là qu’il puise sa source. Pour faire une comparaison avec le cancer, c’est l’endroit de la tumeur. Donc, nous devons les détruire là, d’abord, de telle manière qu’il soit clair pour tout le monde qu’il ne peut pas y avoir d’état islamique. Il n’y aura pas d’état basé sur cette idéologie ».

On peut noter tout de même que Daesh ne relâche pas la pression. Aussi, il y a 15 jours, une équipe de télévision s’est malheureusement vue attaquée dans le Kurdistan irakien, dans une zone normalement reprise à l’organisation.

Sources : Rapport de Reporters Sans Frontières ; RTBF ; ViceNews