in

Maltraitance animale : les attractions à éviter

Visiter des parcs d’attractions avec des animaux n’est pas toujours un divertissement inoffensif. Il est important d’avoir une pensée critique et de savoir que c’est une incitation pour les propriétaires de fermes ou d’attractions à continuer de dresser les animaux et de les enfermer dans des enclos afin d’interagir avec les touristes. Ils sont mis dans les conditions inhabituelles pour eux et ne peuvent pas agir suivant leur comportement habituel. 

Aujourd’hui il y a une énorme quantité d’animaux sauvages qui sont capturés puis dressés pour divertir les hommes. Une ONG internationale, World Animal Protection, a mené une étude sur des attractions touristiques les plus cruelles envers les animaux pour informer les touristes sur la vie de ces derniers. « Notre but est de leur ouvrir les yeux. Nous avons fait des sondages auprès des visiteurs pour connaître leurs motivations : la plupart d’entre eux viennent par amour des animaux », s’étonne Julie Middelkoop, de la World Animal Protection.

Lors d’une étude, 24 « attractions » touristiques mondiales sollicitant des animaux ont été examinées et classées selon les 5 critères suivants:

  • Ont-ils des douleurs, des maladies ou des blessures?
  • Sont-ils victimes d’inconfort?
  • Agissent-ils normalement? Est-ce qu’ils peuvent exprimer leur comportement naturel ?
  • Ont-ils faim ou soif ?
  • Ressentent-ils de la peur ou de la souffrance ?

Les attractions figurant en tête

En Thaïlande ou en Afrique du Sud, il est devenu habituel d’organiser les promenades à dos d’éléphants pour les touristes. Pour obliger les éléphants à obéir et à réaliser ces balades ils sont privés de leur mère et sont élevés d’une manière très sévère et « inhumaine » pour assurer un rapport de domination, comme c’est expliqué dans le rapport. « C’est extrêmement douloureux et l’éléphant s’en souviendra toute sa vie. On le prive d’eau, de nourriture, il est battu… », dit Julie Middelkoop.

Avec l’apparition de selfies, la popularité des caresses des animaux sauvages devenue une action habituelle et inconsciente qui crée des malaises chez les animaux. Les touristes en Australie et en Argentine sont habitués à prendre en photo des lions et des tigres qui sont surpris de voir des flashs passer devant leurs yeux. Parfois, quand les lions deviennent trop grands, ils sont promenés en laisse au milieu des touristes. Les tigres sont aussi arrachés à leurs mamans dès le plus jeune âge pour être pris en photo par les curieux.

Le paradoxe de la réalité actuelle, c’est qu’on ramène souvent de belles photos de vacances mais qu’elles restent souvent oubliées sur notre appareil. La plupart des visiteurs ne pensent pas aux bêtes qui ont besoin de grands espaces, de nature sauvage et qui sont forcées à passer leur vie dans des enclos afin de divertir les visiteurs.

Ours, tortues et dauphins : 3 animaux qui souffrent dans les parcs

Dans les zoos ou dans les parcs animaliers (comme un parc d’ours dansants en Bulgarie), les ours sont gardés dans un espace clos et très étroit. De par leur nature, ce sont des animaux solitaires et ils commencent à se battre lorsqu’une cage est surpeuplée. Dans certains cirques, les ours sont dressés pour divertir les enfants et ils interviennent sur la scène dans des comportements qui ne sont pas du tout naturels.

L’autre animal souffrant de maltraitance est la tortue de mer. Il reste une seule ferme avec des tortues de mer accessible aux visiteurs dans les Îles Caïmans. Les « gourmands » peuvent même les manger dans le restaurant de la réserve. Il faut savoir qu’être pris dans les bras cause un énorme stress pour l’animal et affaiblit son immunité, augmentant ainsi le risque de maladies.

Une autre attraction est bien connue de tous. Durant les vacances d’été, les parents aiment amener les enfants au delphinarium. Pourtant, les dauphins sont sévèrement capturés dans la nature, chassés par des bateaux dans des filets pour être transportés dans un lieu fermé. L’eau traitée contenue dans leur bassin est dangereuse pour leur peau. Il en va de même pour les rayons du soleil qui les touchent car les dauphins ne peuvent pas se cacher en profondeur. Ils subissent un traitement cruel et non-éthique pour une espèce possédant des caractéristiques intellectuelles, morales et culturelles.

tetedechat

« Singes dansants », serpents et crocodiles maltraités

Dans certains pays, vous pourrez voir des singes qui sont élevés, « déguisés et forcés à danser pour des groupes de touristes », comme l’indique le rapport. Ils sont même parfois utilisés pour faire la manche, puis retournent dans leur cage une fois le travail terminé.

NEIL D'CRUZE/WORLD ANIMAL PROTECTION
NEIL D’CRUZE/WORLD ANIMAL PROTECTION

Un autre animal sensible qui souffre de visites régulières de touristes est la civette. Elle mange les cerises de caféier qui sont ensuite recueillies dans ses excréments sous forme de grains, le café de civette. Pour élargir le marché et en récolter plus, les éleveurs ont enfermé ces petits animaux dans de petites cages, en outre, les touristes peuvent les photographier à loisir. Ce pauvre animal peut même aller jusqu’à l’automutilation à cause des conditions d’anxiété auxquelles il est soumis.

Une autre « attraction » cruelle est celle des charmeurs de serpents qui soufflent dans leurs flûtes pour apaiser les cobras. Certains serpents sont placés sur le cou et les épaules des touristes, une attraction très appréciée des vacanciers. Pour travailler en sécurité avec ces animaux, les charmeurs leur arrachent les dents. Les instruments pour une telle intervention sont rarement stériles ce qui peut provoquer les maladies ou la mort du serpent.

Pour finir, il y a les crocodiles élevés intensivement dans les fermes. Élevés pour leur viande et leur peau largement utilisée dans la mode, ils se combattent souvent à mort dans ces conditions d’élevage.

Réfléchissez bien avant de visiter telle ou telle attraction animalière qui pourrait raccourcir la vie des animaux sauvages.

Source: LeMonde