in

Marie s’Infiltre à Dubaï : une enquête alarmante au pays du luxe !

Crédits : capture YouTube / Marie S’Infiltre

La comédienne Marie S’Infiltre a ajouté une enquête à sa large collection de vidéos humoristiques qui s’attaquent parfois à des sujets sensibles. Après avoir rencontré plusieurs influenceurs français habitant à Dubaï, elle a exploré la face cachée de la ville la plus populaire des Émirats arabes unis.

Un style sans détour sur un sujet sensible

Marie Benoliel, alias Marie S’Infiltre, est une humoriste, comédienne et chanteuse française. Sa chaîne YouTube regorge de vidéos au sarcasme brûlant qui traitent de sujets très variés tels que le coronavirus, le Black Friday, la canicule, le Brexit, le véganisme ou encore le streetwear. Ses deux dernières vidéos publiées les 31 mars et 8 avril 2021 ont rapidement fait le buzz sur les réseaux sociaux en totalisant plus de deux millions de vues (voir en fin d’article). Le sujet ? Dubaï, la ville luxueuse et sécuritaire où se trouve le gratte-ciel le plus haut du monde, le Burj Khalifa (828 m). Concentrons-nous sur la seconde vidéo qui explore davantage les détails de la face cachée de Dubaï. Sous cette même vidéo, Marie S’Infiltre annonce la couleur sans détour :

“Dubaï, ville des superlatifs : la plus moderne, humaniste, féministe et green du Moyen-Orient ! Terre de contraste où l’opulence la plus tapageuse se nourrit de la misère la plus sordide. Glamour et esclavage ont toujours fait bon ménage ! Royaume des extravagances et du maintien de l’ordre le plus totalitaire ! Derrière la vitrine progressiste se cache le contingent d’esclaves discrets et corvéables ainsi qu’une prostitution illégale, mais omniprésente et socialement acceptée. Un état policier où la liberté d’expression est bâillonnée, mais….. CHUT ! La ville du greenwashing avec le plus de Ferrari eco-friendly au km² !!”

capture Dubai Marie s'Infiltre
Crédits : capture YouTube / Marie S’Infiltre

Atteintes aux droits de l’Homme et greenwashing

Dans cette seconde vidéo, Marie S’Infiltre incarne “officiellement” une riche influence française désirant acquérir une villa de luxe ou encore une Ferrari à 300 000 dollars. Elle joue également le rôle d’une escort girl dans le but d’en savoir plus sur la prostitution devenue une sorte de norme dans le monde des affaires dubaïote. Néanmoins, elle accompagne surtout des travailleurs étrangers œuvrant sur les nombreux chantiers de construction de la ville. Originaires du Bangladesh, d’Inde, Sri Lanka ou encore d’Afrique, ils sont totalement privés de leurs droits : confiscation de leur passeport, conditions de vie déplorables, interdiction de côtoyer des femmes, lieu de vie loin de tout et non desservi par les transports publics, salaire en dessous de ce qui était promis et impossibilité de retourner dans leur pays voir leur famille.

En cette période de crise sanitaire, la situation est d’autant plus difficile. Un des français résident à Dubaï interrogé par Marie S’Infiltre s’est livré à une confidence déconcertante. Il a en effet expliqué que si les travailleurs tombaient malades, ils étaient déportés dans des camps puis isolés dans des conditions épouvantables. Et en cas de décès dans ces camps (ou sur les chantiers d’ailleurs), la mort est passée sous silence.

Marie S’Infiltre a aussi tenté d’aborder le sujet de l’écologie avec des passants, visiblement sans grand succès. Elle est également sortie de Dubaï afin de se rendre à Masdar City, une ville nouvelle située proche d’Abu Dhabi. Il s’agit d’un projet d’éco-cité encore non achevé qui se montre très ambitieux et pourtant, la petite escapade de l’humoriste française a révélé quelques défauts flagrants.

Voici les deux vidéos de Marie S’Infiltre sur Dubaï entre rires crispés, sarcasme et indignation :