in

Des milliers de chiens et chats vont être massacrés lors d’un festival chinois

Le Dog Meat Festival est un évènement traditionnel en Chine. Cette année, l’événement provoque un tollé sur internet et les réseaux sociaux. En effet, des milliers de chien, mais également de chats seront abattus pour satisfaire les gastronomes superstitieux.

Une fête constituée de croyances et de violences

La ville de Yulin (7 millions d’habitants) située dans le sud-est de la Chine accueille le Dog Meat Festival chaque année en Chine dès le solstice d’été, et ce durant une dizaine de jours au mois de juin. Cette célébration voit les participants se nourrir abondamment de viande de chien, de chats, mais aussi de litchis tout en buvant de l’alcool fort. Il s’agit d’une fête dédiée aux superstitieux désirant avoir la chance et la santé avec eux tout au long de l’année.

Les festivités débutant ce 22 juin 2015 ont été précédées de quelques jours de préparation durant lesquels les marchands de la ville ont vendu leurs animaux en les présentant dans des cages étroites, souvent empilées. À la demande des passants désirant acheter, les animaux sont abattus sur place à coups de bâton (parfois brulés vifs) et sont ensuite exposés sur des crochets ou sur les étals afin d’être vendus. En effet, il semble que, selon les initiés, la viande ne peut être meilleure que si l’animal souffre.

Environ 10 000 chiens et 4000 chats seront tués cette année à Yulin, tandis que l’association locale de protection des animaux connue sous le nom de DuoDuo Animal Welfare Project (DDAWP) estime plutôt ces chiffres à 40 000 chiens et 10 000 chats.

Une mobilisation plus importante d’années en années

Le Dog Meat Festival, apparu à la fin des années 90, fait face à une mobilisation exceptionnelle sur les réseaux sociaux par le biais du hashtag #StopYulin2015, totalisant près d’un million de publications sur Instagram et environ trois millions sur Twiter. Cette mobilisation est devenue populaire grâce à l’acteur britannique Ricky Gervais, tweetant souvent sur la question des chiens et chats de Yulin. Une ONG présente sur place, Humane Society International, a baptisé un chiot Ricky, ce dernier ayant été sauvé de la mort, dont la photo a été diffusée abondamment sur internet.

Une seconde association basée à Hong Kong, Animal Asia, tente de mettre fin à ce festival par l’action « it’ s no festival » recevant le soutien en France de 30 millions d’amis et de la fondation Brigitte-Bardot. D’ailleurs, quelques pétitions à succès appellent Chen Wu, le gouverneur de Yulin ainsi que le président chinois Xi Jinping lui-même à interdire le Dog Meat Festival. Celle présente sur Change.org a totalisé plus de 1 400 000 signatures et serait près du but puisque l’objectif est d’atteindre les 1 500 000.

« Yulin est une ville ouverte, tolérante et civilisée », publiait le bureau d’information de la ville de Yulin sur Sina Weib, le Tweeter chinois.

Afin de calmer les hardeurs des indignés, les autorités locales ont attesté du caractère non officiel du festival et ont interdit aux fonctionnaires de participer à titre personnel. De plus, le fait de faire apparaitre la mention « viande de chien » sur les étals est désormais interdit.

Crédits photo : Whoisgalt
Crédits photo : Whoisgalt

Un activisme naissant en Chine

En 2013 et 2014 déjà, le Dog Meat Festival connaissait des perturbations. La ville de Yulin avait alors essuyé des affrontements entre les habitants attachés à la tradition et des militants pour la défense des animaux. Le nombre de ces derniers a augmenté ces dernières années, et certains d’entre eux sont devenus très actifs, rachetant les animaux pour leur donner un refuge.

C’est le cas de Yang Xiaoyun, une Chinoise de 65 ans vivant à 2000 km de Yulin, à Tianjin, où elle a ouvert un refuge pour animaux contenant 1500 chiens et 200 chats. Cette année, Yang Xiaoyun a versé 1000 euros aux marchands pour sauver 100 chiens. La vieille dame avait déjà sauvé 360 chiens et des dizaines de chats en 2014.

Il est utile de rappeler que, bien que la consommation de viande de chien n’est pas interdite en Chine, elle est assez rare dans la plupart des régions du pays.

Sources : Le MondeMetronews

– Illustration principale : Last Chance for Animals (LCA)