in

Les russes privés de porno sur internet

La pornographie en ligne est de nouveau dans le collimateur de la Russie, puisqu’après une vague de bannissements de plusieurs sites en 2015, ce sont deux mastodontes de l’industrie de la pornographie en ligne qui viennent d’être bannis de la Russie, Youporn et Pornhub. 

Roskomnadzor, tel est le nom du Service fédéral de surveillance des communications, des technologies de l’information et des médias de masse russes. C’est cet outil qui est venu ajouter deux noms à la liste des sites web censurés en Russie, à savoir deux des plus grands sites pornographiques au monde, Youporn et Pornhub. Les fournisseurs d’accès à Internet ont jusqu’à ce mardi pour mettre en oeuvre l’interdiction et désormais, les internautes russes qui souhaitent consulter ces sites seront redirigés vers le message suivant : « site bloqué par décision des pouvoirs publics« .

Cette interdiction fait suite à deux décisions judiciaires distinctes pour chacun des sites, expliquant que les sites « répandent la pornographie« . Si les contenus sexuellement explicites ne sont pas illégaux en Russie, une subtilité existe puisque la loi interdit « la production illégale, la diffusion et la publicité des matériaux et des objets pornographiques« . En 2015 déjà, ce sont 11 sites pornographiques qui ont été censurés de la sorte. Roskomnadzor a ainsi bloqué des milliers de sites web depuis sa mise en service, notamment des sites critiques ou satiriques envers le Kremlin.

L’organe gouvernemental dialogue directement avec les citoyens sur Twitter, parfois avec cynisme. Ainsi, en 2015, quand une jeune russe avait osé demander à Roskomnadzor une alternative aux sites bloqués dans le pays, ce dernier avait froidement répondu : « Chère Lyolya, comme une alternative, vous pourriez essayer de rencontrer quelqu’un dans la vraie vie« . Un tweet que le service fédéral a republié récemment, suite à l’interdiction de ces deux nouveaux sites.

Très actif et jamais à court d’idées sur les réseaux sociaux, le site Pornhub a alors lancé un tweet non-dénué d’humour à Roskomnadzor : « Si nous vous offrons un compte Premium, annulerez-vous le bannissement ?« , ce à quoi le service a répondu : « la démographie ne se marchande pas« .

capture 2016-09-19 à 17.04.47 capture 2016-09-19 à 17.04.51

Source : bbc, dailymail