in

Russie : Symbole de l’anticorruption, ce chat pourrait devenir maire d’une ville de 650 000 habitants !

En guise de protestation, des habitants d’une ville en Sibérie tentent de porter un chat au siège de maire, et ce par le biais d’une véritable campagne électorale. Le chat Barsik incarne le rejet de la corruption par la population.

« Les gens ne savent plus en qui croire, et ils en sont venus à la conclusion qu’on ne peut plus avoir confiance en les autorités » indique Ievguéni Kouznetsov, un retraité résident de la ville de Barnaoul.

Dans cette ville de 650.000 habitants, une élection municipale se prépare actuellement, et aura lieu le 22 décembre 2015. Cependant, un sondage du site d’informations local Altaï Online a été organisé, auquel 5400 personnes ont répondu. Les intentions de vote se sont dirigées à raison de 91% vers la candidature de Barsik, un chat Scottish Fold de 2 ans et demi.

Barsik est devenu une véritable célébrité locale, voyant par exemple son portrait affiché sur des panneaux géants. Mais cette initiative traduit un rejet total de la corruption par la population locale, après une succession de scandales. En effet, l’ancien maire de la ville de Barnaoul était en place depuis 2010, mais a démissionné en août 2015 après la mise en lumière d’une affaire ayant fait perdre près de 11 millions de roubles à sa ville, soit  environ 145.000 euros. Il aurait vendu à des tarifs très avantageux des terrains appartenant à la municipalité, et ce, à des sociétés aux mains de membres de sa propre famille.

Les affaires d’argent semblent être une affaire de famille, car le fils de l’ancien maire est actuellement détenu pour escroquerie et fraude, après avoir été extradé depuis la Thaïlande. Selon un organisateur de la campagne du chat Barsik désirant garder l’anonymat :

« Les gens pensent que ceux qui sont en poste ne savent pas faire face à leurs responsabilités (…) Les gens doutent de leurs compétences et ont raison de le faire. »

Alors qu’une campagne de financement participatif menée avec succès avait permis à Barsik de bénéficier de fonds pour mener campagne, ce dernier, par le biais de journalistes de l’Altaï Online, espère pouvoir poser une question au président Vladimir Poutine lors de sa conférence de presse annuelle, événement qui devrait attirer un peu plus l’attention sur les problèmes de corruption en Russie.

deded
Credit: Altaï Online

Sources : Le Matin OnlineDirect Matin

Crédit photos : Altaï Online