in

Si Donald Trump est élu, une île canadienne proposera d’accueillir les réfugiés américains

L’idée a été lancée à travers un site internet par un animateur radio canadien. Celui-ci propose d’accueillir sur l’île canadienne de Cap-Breton les Américains qui voudraient fuir le pays si Donald Trump, fantasque candidat républicain, venait à être élu président des États-Unis. 

Rob Calabrese, un animateur de radio canadien de 39 ans, est à l’origine du site internet cbiftrumpwins.com, pour Cape Breton If Donald Trump Wins. À travers ce site, l’animateur, résident de l’île de Cap-Breton, propose en effet aux Américains anti-Trump d’être accueillis sur cette île de 10 300 km² de superficie située sur la côte est du Canada. « Oui, c’est le Canada, mais Cap-Breton n’est pas gelé toute l’année! » peut-on lire sur la page d’accueil du site. « N’attendez pas que Donald Trump soit élu président pour trouver un autre endroit où vivre ».

À la base, il s’agissait d’une simple opération « pour proposer aux gens de voir ce qu’on a ici sur l’île de Cap-Breton » écrit l’animateur sur le site. L’idée avancée a eu un effet immense sur les médias ce qui a permis de booster son succès, ainsi que celui de l’Office du Tourisme de Cap-Breton. À eux deux, ils ont reçu plus de 300 000 visites en une semaine, soit « plus que toute l’année dernière » indique Mary Tulle, la responsable du tourisme de l’île canadienne.

Capture d’écran 2016-02-26 à 19.49.25
Credit: Google maps

Un joli coup de pub pour une île qui se dépeuple à vitesse grand V. En effet, l’île de 135 000 habitants perd environ 1 000 personnes par an. Ce qui était à la base une blague/opération de communication est devenu quelque chose de très sérieux devant l’intérêt porté par de nombreux internautes américains. Dans la partie FAQ du site, l’animateur répond officiellement aux questions des internautes. « C’est vrai? — Oui. C’est une blague? — Non. Comment puis-je immigrer au Canada?, etc. ». Il propose également différents liens pour se renseigner sur les démarches à effectuer pour obtenir la nationalité canadienne, des logements, des places dans les écoles et s’installer dans cet immense pays. « Nous avons reçu 5 000 demandes de renseignements spécifiques sur l’île de la part d’Américains, sur l’immigration au Canada, les opportunités de travail et l’immobilier » déclare Mary Tulle.

[/media-credit] Credit: Pixabay

« Commencez dès aujourd’hui, et le jour du scrutin, vous n’aurez qu’à prendre un bus pour commencer votre nouvelle vie au Cap-Breton, là où les femmes peuvent avorter, les musulmans se déplacer librement, et où les seuls “murs” servent à soutenir les toits de nos maisons » est notamment écrit sur le site, en référence aux propos de Donald Trump sur un projet de mur à la frontière americano-mexicaine.

Source : lefigaro