in

Suède : une clinique pour hommes violés vient d’ouvrir ses portes

Maintenir l’égalité des sexes constitue le but de l’ouverture de ce centre d’accueil pour hommes violés, sur le même modèle que les autres centres pour femmes de la capitale suédoise.

700 est le nombre de femmes violées accueillies dans des centres spécialisés. Désormais, les hommes victimes d’abus sexuels pourront trouver refuge dans un centre similaire, cette fois adapté aux hommes, qui a ouvert ses portes ce jeudi 15 octobre 2015 à Stockholm.

« C’est le premier centre de ce genre en Suède, et dans le monde, je pense. Nous n’en avons recensé aucun lors de nos recherches sur le web », explique alors Rasmus Jonlund, porte-parole du Parti Libéral, qui s’est félicité de l’ouverture d’un tel établissement dans l’optique de maintenir une égalité des sexes quasi unanime en Suède.

Dans ce pays en 2014, 6.700 victimes de viols ont été recensées, dont 370 seraient des hommes. Un chiffre qui ne représente pas la réalité puisque l’on estime entre 10 et 20 % le nombre de victimes qui sont répertoriées par la police selon la RFSU, l’association suédoise pour l’éducation sexuelle.

La RFSU indiquait en juin 2015 lorsque l’ouverture de la clinique pour homme de Stockholm n’en était qu’à l’état de projet, que pour un homme, passer aux aveux et « être cru » est un exercice difficile. Selon la psychothérapeute Suzanna Boman, pour un article de BFM TV :

« Ça touche à l’image profondément ancrée dans notre culture de la masculinité et de la sexualité masculine… à l’image selon laquelle l’homme est fort et combattif et ne peut pas être violé. »

En France, environ 5 % des hommes ont déjà avoué avoir subi des viols ou tentatives de viol tandis qu’en 2011, 9 % des plaintes pour viol émanent d’hommes, selon le Haut Conseil à l’Égalité.

Joseph et la femme de Potiphar, Antonio María Esquivel, 1854., Musée des Beaux-Arts, Séville
Joseph et la femme de Potiphar, Antonio María Esquivel, 1854., Musée des Beaux-Arts, Séville

Sources : Metro UKKonbiniMarie Claire

  • Illustration : Sophie Marceau et Pierce Brosnan dans «Le Monde ne suffit pas».