in

CAC 40 : sur 100 euros de bénéfices, seulement 5 ont été versés aux salariés contre 67 aux actionnaires

Crédits : PxHere

Après une enquête portant sur les partages des richesses en France, l’ONG Oxfam estime que celles-ci n’ont jamais été aussi mal réparties. Il s’agit ici plus précisément de la répartition des bénéfices des entreprises du CAC 40.

Que dit l’étude d’Oxfam

Dans son rapport CAC 40 : des profits sans partage concernant la période 2009/2016, l’ONG Oxfam indique que les entreprises du CAC 40 réalisent environ 1 300 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an. Un record a été établi en 2017 : 93 milliards d’euros de bénéfices (60 % de plus qu’en 2009). Selon le rapport, sur 100 euros de bénéfices, seulement 5 ont été versés aux salariés contre 67 aux actionnaires.

L’organisation estime que la France est championne du monde des dividendes versés aux actionnaires, loin devant les États-Unis et le Royaume-Uni. Par ailleurs, la tendance est à la hausse : dans les années 2000, le taux de bénéfices reversés aux actionnaires ne dépassait pas les 30 %. En 2016, ce même taux avait grimpé à 66 %. Autrement dit, les sociétés du CAC 40 ont reversé 15 fois plus de bénéfices aux actionnaires qu’aux salariés.

Crédits : Pixabay

Une autre étude sur le CAC 40

Pour Oxfam, deux autres facteurs viennent gonfler cette tendance. Il s’agit de l’inégale rémunération des salariés en fonction de leurs responsabilités ainsi que la pratique de l’optimisation fiscale (stratégies d’évitement de l’impôt). Les sociétés du CAC 40 sont appelées à prendre leurs responsabilités et l’État à agir via la loi PACTE – Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises.

Citée par Zonebourse, une autre étude affichant un visage un peu différent est parue à peu près au même moment que celle d’Oxfam. Menée par l’Institut économique Molinari, l’étude indique des chiffres pour 2018 : 1 327 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé pour le CAC 40 et un bénéfice net de 95 milliards d’euros. Cependant, il est également question d’une somme de 373 milliards d’euros correspondant à de la “création de richesses”. Cette somme aurait été répartie entre les salariés des sociétés du CAC 40 (salaires, primes, mutuelle, retraite, indemnité, épargne salariale), l’État (impôts sur la production, les sociétés, et les dividendes) ainsi que les actionnaires (dividendes après charges et impôts).

Les 373 milliards auraient été répartis de cette façon :

– 265 milliards d’euros (71 %) pour les salariés. Néanmoins, seulement 1 milliard a été versé aux salariés-actionnaires pour 4 milliards d’épargne, et surtout 260 milliards d’euros de dépenses de personnel.

– 72 milliards d’euros (19 %) pour l’État. Plus précisément, 29 milliards d’euros d’impôts sur la production, 33 milliards d’impôts sur les sociétés et 10 milliards de fiscalité sur les dividendes.

– 36 milliards d’euros (10 %) pour les actionnaires.

L’étude de l’Institut économique Molinari -un organisme aux visions économiques libérales- estime donc que 71 % de la richesse créée revient aux salariés d’une manières ou d’une autre. L’étude chiffre également à 5,5 millions d’euros bruts en moyenne la rémunération pour chaque patron du CAC 40.

Sources : France InterZonebourse

Articles liés :

26 milliardaires détiennent autant d’argent que la moitié la plus pauvre de la population mondiale

Sondage : Faut-il selon vous limiter le montant des gros salaires ? (patrons, sportifs, etc)

Patron à la retraite, il renonce à ses dividendes et cède l’entreprise aux salariés