Longtemps engloutie, cette cité refait surface près de l’Irak

cité
Crédits : Université de Tübingen

Aujourd’hui, le réchauffement climatique pose de nombreux problèmes sur l’ensemble du globe. Par exemple, le niveau d’eau potable baisse là où les sécheresses augmentent. C’est d’ailleurs dans ce contexte qu’une immense cité vielle de 3400 ans a été découverte en Irak. Nous vous expliquons tout au sein de cet article.

Mise en contexte

Il faut d’abord savoir que Mossoul possède un énorme barrage vieux de plusieurs années. Ce barrage permet de fournir de l’électricité et de l’eau à l’ensemble de la région. Toutefois, bien que pratique, cette bâtisse reste la plus dangereuse du monde. Effectivement, elle est construite sur des fondations instables et a besoin de travaux réguliers. Si ce barrage venait à se détruire, une vague de près de 20 mètres de haut s’abattrait sur l’intégralité de la ville provoquant alors beaucoup de victimes. Dans un contexte historique et climatique compliqué, ce barrage demeure toutefois une nécessité pour la population.

La sécheresse entraîne cependant la région à énormément utiliser les ressources de ce barrage. Cela a donc logiquement provoqué une forte baisse d’eau potable présente dans cette réserve. Les archéologues de l’université allemande de Tübingen et Fribourg aidés par l’organisation archéologique du Kurdistan ont ainsi pu exhumer une cité ancienne qui était submergée depuis de nombreuses années au sein de ce barrage. Cette découverte a incité les scientifiques à réaliser de multiples recherches afin de mieux comprendre les origines de cette cité retrouvée.

Les découvertes réalisées

De nombreuses fouilles ont donc été réalisées au début de l’année 2022 entre janvier et février par les archéologues. Ces recherches ont dû être effectuées dans l’urgence à cause du niveau de l’eau qui remonte progressivement. Cependant, les chercheurs ont réussi à obtenir des informations et ont notamment réussi à cartographier la ville. De ce fait, nous savons que cette cité contenait un palais, une fortification massive avec des murs et des tours, un énorme entrepôt à plusieurs étages ou encore un impressionnant site industriel.

Néanmoins, le plus incroyable reste la qualité de conservation de ces vestiges. Effectivement, après avoir passé de nombreuses années sous l’eau, les constructions sont impeccables. Toutefois, les archéologues parviennent à l’expliquer. En effet, cette ville datant de 1350 a subi une première destruction lors d’un tremblement de terre. Ce séisme a provoqué l’ensevelissement des bâtiments, ce qui les a protégés de l’usure du temps et de l’eau.

Finalement, l’ensemble de ces trouvailles ont permis de comprendre que cette cité provient de l’ère Mittani. De plus, des récipients en céramique contenant plus de cent tablettes cunéiformes ont été trouvés. Les chercheurs espèrent obtenir grâce à elles plus d’informations sur l’époque et sur l’histoire de ces territoires. Elles pourraient notamment apporter plus de données sur la société d’autrefois ainsi que son fonctionnement politique économique et juridique. Aujourd’hui, les archéologues n’ont en effet que trop peu de renseignements sur cette ère, alors nul doute que ces recherches risquent de s’intensifier afin de découvrir les mystères de cette lointaine période.

tablettes
Image des tablettes cunéiformes retrouvées Crédits : Université de Fribourg et de Tübingen KAO

Protéger les trouvailles de la cité

Les scientifiques ne veulent pas arrêter les recherches. Cependant, l’eau est vite remontée, ce qui leur complique la tâche. Pour contrer ce problème, ils ont tenté d’anticiper la possibilité que l’eau vienne de nouveau à manquer. De ce fait, les fouilles ont été recouvertes d’une bâche en plastique, elle-même recouverte par des graviers. Il faudra donc attendre un certain temps pour pouvoir continuer l’exploration. Toutefois, nul doute que des analyses et des hypothèses sur ce qui a déjà été trouvé vont arriver dans les mois à venir.