in

De fausses cornes de rhinocéros en 3D pour réduire le braconnage ?

Une start-up américaine a créé de fausses cornes de rhinocéros grâce à l’impression 3D. Cela permettrait-il de réduire le braconnage ou ne ferait-il que l’empirer ?

Le business autour des cornes de rhinocéros ne fait que croître : l’extinction prochaine de l’espèce et les vertus aphrodisiaques que les Asiatiques associent aux cornes broyées sont deux facteurs de l’augmentation des prix. Les cornes de rhinocéros peuvent être vendues pour 25 000 à 200 000 euros, le prix variant selon la taille.

De la kératine, de l’ADN de rhinocéros et le tour est joué ! Le tout, sous la forme d’une poudre sèche, est imprimé en 3D et c’est en une corne génétiquement similaire à celle du rhinocéros qu’il se transforme. L’entreprise Pembient, de San Francisco, à l’origine de ce projet, vise un prix de vente entre 3 000 et 25 000 euros, soit beaucoup moins que celui d’une véritable corne. La sortie d’une bière brassée avec la synthétique est même envisagée.

Le PDG de Pembient, Matthew Markus, affirme que la corne imprimée en 3D est « aussi pure que celle d’un rhinocéros d’il y a 2 000 ans », c’est-à-dire qu’elle ne présente pas de traces de pesticides ou de radioactivité de Fukushima, que peut abriter une corne de rhinocéros d’aujourd’hui. Selon l’entreprise, la commercialisation de ces fausses cornes permettrait de réduire le braconnage et de sauver beaucoup de rhinocéros puisque leurs cornes ne seraient plus aussi convoitées.

rhinoceros-768714_640

Cependant, la directrice de l’International Rhino Foundation, Susie Ellis, n’approuve pas le projet, car il pourrait au contraire renforcer le braconnage. Elle explique : « La vente de corne synthétique ne réduira pas la demande de corne de rhinocéros et pourrait conduire à plus de braconnage, car elle augmente la demande de ‘corne réelle’. En outre, la production de la corne synthétique encourage sa valeur médicinale prétendue, alors que la science n’a jamais pu prouver cela. »

Sources : Le Vif, Huffington Post.

– Illustration principale : Azur Enchères Cannes