in

Ils fabriquent des portefeuilles avec nos déchets alimentaires pour lutter contre le gaspillage

La peau de saumon est habituellement jetée après la confection des filets. Un capitaine de bateau de pêche américain a eu l’idée de réutiliser ces déchets de la mer pour fabriquer des objets à forte valeur ajoutée.

Un tiers de la nourriture destinée aux êtres humains termine sous forme de déchets. Pas moins d’1,3 milliard de tonnes de nourriture sont ainsi gaspillées, constituant la production annuelle de 30% des terres cultivées. Le gaspillage alimentaire suscite logiquement l’émoi à travers le monde et depuis, des initiatives intéressantes apparaissent, mais bien trop souvent isolées. Le chef américain Dan Barber a lancé à New York un restaurant où la cuisine se fait avec des restes encore consommables, destinés à être jetés. Dans notre pays, de nouvelles mesures viennent d’être prises contre le gaspillage alimentaire par les chaines de grande distribution, reprenant le modèle belge.

Une nouveauté dans ce type d’initiative est récemment apparue concernant les produits de la mer, en tout cas un produit en particulier : le saumon. Lorsque l’on achète un filet de saumon frais, celui-ci est bien nettoyé. En effet, il est dépourvu de sa tête, queue, écailles ou encore de sa peau, déchets représentant des milliers de tonnes, bien souvent rejetés dans l’eau directement. Il ne s’agit pas vraiment de gaspillage alimentaire puisque ces produits ne sont pas consommés habituellement, bien que des recettes existent, par exemple la -soupe de tête de saumon à la vietnamienne- dont voici la recette. Cependant, ces restes représentent des déchets organiques qu’il serait possible de recycler, par exemple les pelures de patates.

«Je voulais créer des produits visibles, pour que les consommateurs puissent montrer leur soutien aux pratiques de pêche durable, avec l’espoir d’apporter une prise de conscience sur les thématiques liées à la durabilité des océans», explique Craig Kasberg à National Geographic.

d3d95fbccb97620465e8349f89e4e781_original
Crédits : Tidal vision/Craig Kasberg et Zach Wilkinson

Craig Kasberg, capitaine de bateau de pêche opérant en Alaska a eu une idée permettant de réutiliser la peau de saumon pour fabriquer des objets de type portefeuille. Avec son collègue Zach Wilkinson, ils ont lancé une opération de financement participatif sur la plateforme Kickstarter dans le but de vendre ces produits. Leur entreprise, Tidal Vision, a l’ambition de confectionner dans le futur des vêtements antimicrobiens avec des coquillages et des carapaces de crabes.

Côté odeur, il faut savoir que le cuir issu de la peau de saumon tannée est inodore, puisque traité. L’entreprise Tidal Vision a débuté son activité en créant des accessoires, mais également des feuilles de cuir pour bricoleurs et designers, alors que des fabricants de meubles, de guitares ou encore de chaussures ont déjà montré de l’intérêt pour cette matière.

L’initiative permet donc de sensibiliser et de recycler en apportant un plus. En effet, Craig Kasberg et son équipe d’artisans sont «capables de transformer ce déchet en quelque chose qui a encore plus de valeur au kilo que le filet de saumon» selon lui.

Craig Kasberg et Zach Wilkinson veulent développer le concept aux États-Unis, mais il semble qu’il existe déjà un marché du cuir du saumon en Patagonie, côté Chilien. Un dénommé Stiven Kerestegian obtient à très bas prix des peaux de saumons auprès d’entreprises d’aquaculture. Par la suite, il en fait des objets haut de gamme en utilisant des méthodes de tannage proche de celles utilisées pour la peau de bœuf.

Sources : National GeographicSlateRadio France Internationale

– Crédits photo : Tidal Vision