in

Médias : quand les puissances d’argent tentent de censurer la presse

Crédits : izzetugutmen / iStock

En France, de plus en plus de journalistes et de rédactions sont traînés devant les tribunaux par les grandes entreprises et hommes d’affaires sur lesquels ils enquêtent. Une dérive inquiétante, qui menace la liberté d’informer. C’est ce que montre le rapport 2020 sur la liberté de la presse, diligenté par Reporters sans frontières. En 2019 le taux d’agression et de harcèlement des journalistes a drastiquement augmenté, faisant passer la France du 32e au 34e rang du classement mondial sur la liberté de la presse. 

La presse française est-elle toujours, selon la formule consacrée, « libre et indépendante » ? À l’exception de quelques publications historiques, comme le Canard Enchaîné, et d’une partie des nouveaux pure players du Web, force est de constater qu’une écrasante part des médias hexagonaux « qui comptent » – tous supports confondus : presse, radio, TV, Internet – fait désormais partie de vastes empires financiers n’ayant que peu à voir avec le journalisme. Cette mainmise des puissances de l’argent sur le paysage médiatique français – et donc, in fine et en dépit des protestations de pure forme garantissant l’indépendance des rédactions vis-à-vis de leurs actionnaires, sur l’information – est on ne peut plus clairement condensée dans cette infographie, régulièrement mise à jour par le site Internet du Monde diplomatique.

Aude Lancelin, un licenciement politique

Bouygues (TF1, LC1), Dassault (Le Figaro), Drahi (Libération, RMC, BFM), Bolloré (Canal+, Cnews), Pinault (Le Point), Niel (Le Monde, L’Obs), Tapie (La Provence, Corse Matin), Lagardère (Europe 1, Paris Match) : à coup de millions et profitant de la crise de la presse, les grandes fortunes françaises ont, depuis le début des années 2000, achevé de se partager le gâteau médiatique tricolore, dont les plus beaux fleurons sont vus comme autant de vecteurs d’influence au service des intérêts économiques de leurs propriétaires. Ces derniers n’hésitant pas à bafouer leurs engagements et autres « chartes » les liant aux rédactions quand ils estiment que tel ou tel article, telle ou telle enquête, ou tel ou tel journaliste, dérange.

Aude Lancelin en sait quelque chose. En mai 2016, la journaliste, alors unanimement respectée par ses pairs, est remerciée de son poste de directrice adjointe de l’hebdomadaire L’Obs, propriété du trio d’actionnaires Xavier Niel (Free), Matthieu Pigasse et Pierre Bergé (décédé depuis). Un licenciement éminemment « politique », cette dernière n’étant pas appréciée à l’Elysée, selon L’Humanité. Le tribunal des prud’hommes de Paris a alors condamné, le 8 décembre 2017, ses anciens employeurs à lui verser 90 000 euros pour « licenciement abusif ». « Quand on reproche à la numéro deux d’un journal d’avoir ”émis des doutes”, alerte Mme Lancelin, qui pourrait désormais oser prendre la parole ? ».

Affaire Yves Bouvier : judiciariser pour bâillonner 

S’offrir un média n’est, malheureusement, pas le seul moyen qu’ont les puissants de bâillonner les journalistes qui font leur travail. Les attaquer en justice représente aussi un moyen de les faire taire, comme en témoigne la condamnation, le 27 juillet 2015, du Point par le Tribunal de Grande instance de Paris : les magistrats ont estimé qu’un article, publié dans le numéro 2228 du 21 mai de la même année, portait atteinte à la vie privée du marchand d’art suisse Yves Bouvier, condamnant l’hebdomadaire à payer une indemnité provisionnelle au plaignant.

journal
Crédits : Free-Photos / iStock

Cet article se fondait pourtant sur le témoignage d’une ancienne prostituée qui aurait fait partie d’un réseau tenu par Yves Bouvier, comme le révélait le site Heidi News le 26 février 2020. Afin d’obtenir gain de cause lors du procès, ce dernier aurait ainsi soudoyé ladite call-girl pour qu’elle réfute son témoignage devant le juge, rendant de fait l’article caduc. Mélanie Delattre, la journaliste ayant, avec Christophe Labbé, signé l’article incriminé, a depuis été relaxée par la Cour d’appel de Metz, le 23 juin 2016.

Cette affaire, passée relativement inaperçue, est cependant révélatrice de la manière dont les grandes fortunes tentent, par la judiciarisation de leurs intérêts, de museler la presse et d’intimider les journalistes enquêtant sur elles. Un travail pourtant on ne peut plus légitime, a fortiori quand celui-ci porte sur le personnage d’Yves Bouvier : le Suisse traîne en effet une réputation sulfureuse,  étant par ailleurs soupçonné d’escroquerie, de fraude fiscale et de blanchiment d’argent. Yves Bouvier fait d’ailleurs l’objet de procédures judiciaires en France, en Suisse et aux États-Unis. 

Quand Vincent Bolloré intimide les rédactions 

Bouvier n’est pas, loin s’en faut, le seul homme d’affaires à propos duquel il semble légitime — et légal — que la presse enquête. Vincent Bolloré, à la tête d’un immense empire industriel et médiatique, a lui aussi fait l’objet de plusieurs reportages et documentaires. Une curiosité qu’il a visiblement très peu appréciée, le milliardaire attaquant en justice, en 2018, plusieurs médias ayant contribué à révéler les pratiques douteuses de son groupe en Afrique.

« Ces poursuites systématiques visent à faire pression, à fragiliser financièrement, à isoler tout journaliste, lanceur d’alerte ou organisation qui mettrait en lumière les activités et pratiques contestables de géants économiques comme le groupe Bolloré », ont alors protesté, dans une tribune, une vingtaine de sociétés de journalistes. « Il y a clairement une volonté d’intimidation de certaines multinationales », confirme Élise Lucet, rédactrice en chef de l’émission Cash Investigation, dont les reporters ont eux aussi dû subir — en vain — les foudres judiciaires de Vincent Bolloré. Le pays des droits de l’Homme sera-t-il encore longtemps celui des droits de la presse ?

Articles liés : 

En politique, les femmes sont-elles des hommes comme les autres ?

Vous êtes un homme et vous surfez sur de grands médias ? Alors vous avez sûrement été harcelé ces deux derniers jours

Elon Musk veut créer un site de notation des médias